Vous êtes ici : Accueil > SI (en seconde) > Cours > Des scientifiques
Publié : 11 janvier 2015

Des scientifiques

Synthèse de "questions pour un champion"
Petite biographie de certains scientifiques

Aristote, philosophe (-384 - -322)

Aristote est né en Macédoine d’un médecin réputé. Il suit ses études à Athènes et devient l’un des principaux disciples de Platon. Grand érudit, il est nommé précepteur d’Alexandre le Grand, auquel il s’attache rapidement. Lorsque son élève rend les rênes de l’Empire, il rejoint de nouveau Athènes et fonde le Lycée (-340). Son enseignement repose tout entier sur la logique (Organon) et l’observation de la nature (De la génération des animaux). Il est également le fondateur de la Métaphysique. Il apporte une réflexion sur la Politique et donne sa vision de la morale dans Ethique de Nicomède. La mort d’Alexandre quelques années plus tard provoque une certaine instabilité politique dans la ville. Les "antimacédoniens", de plus en plus nombreux, lui reprochent son impiété et le contraignent à quitter les lieux pour Eubée. Il s’y éteint peu de temps après.
Citations :
- "Il n’y a point de génie sans un grain de folie."
- "La nature ne fait rien sans objet."
- "Rien dans notre intelligence qui ne soit passé par nos sens."
- "Les racines de l’éducation sont amères, mais les fruits en sont doux."
- "Le doute est le commencement de la sagesse."

Archimède, mathématicien (-287 - -212)

Archimède naît à Syracuse et y passera sa vie entière. Il se fait connaître rapidement par ses talents et ses découvertes scientifiques. Il est le premier à améliorer les techniques de numération des très grands nombres. En géométrie dans l’espace, il s’intéresse aux travaux réalisés par le mathématicien Euclide, puis découvre dans la géométrie plane un moyen de calculer approximativement le chiffre Pi. Archimède retranscrit ses découvertes dans plusieurs traités mais tous n’ont pas traversé les siècles. En ce qui concerne la physique, il met au point le principe du levier et parle déjà de centre de gravité. Il fait donc des découvertes d’ampleur dans le domaine de la statique et parvient à démontrer le principe de l’hydrostatique auquel il donnera son nom (Traité des corps flottants). Il n’aurait sans doute pas fait cette découverte sans le problème que lui avait soumis le roi Hiéron II. Archimède cherchait une méthode pour prouver que la couronne royale était bien en or massif sans l’abîmer. C’est en trouvant la solution dans son bain qu’il s’écria le légendaire "Eurêka !". Plus tard, le scientifique s’intéresse au domaine de la mécanique et met au point de colossales machines de guerre. Ces dernières permettront à Syracuse de résister quelques temps aux Romains durant la seconde guerre punique. Archimède y trouvera toutefois la mort.

Isaac Newton, physicien (04/01/1642 - 31/03/1727), né à Woolsthorpe

Jeune passionné des sciences, il effectue de brillantes études à l’université de Cambridge en 1661. Sa scolarité est toutefois interrompue par la grande peste qui sévit dans la région. Il rejoint alors sa ville natale et connaît ses premières interrogations sur l’attraction universelle. La chute d’une pomme à ses pieds en serait à l’origine. Il reprend finalement ses études à Cambridge en 1667, met au point le premier télescope et enseigne les mathématiques l’année suivante. Par la suite, Newton se consacre à l’étude de l’optique (Optique, publié seulement en 1704) et de la mécanique. En 1687, il publie les Principes mathématiques de philosophie naturelle. Il y expose ses découvertes sur l’attraction universelle des corps et sur la gravitation. Isaac Newton s’éteint en 1727, laissant dans son sillage des travaux qui serviront souvent de base aux scientifiques.
Citations :
- "Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts."

Alessandro Volta, physicien (18/02/1745 - 05/03/1827)

Alessandro Volta enseigne d’abord la physique à l’école royale, dans sa ville natale. Il effectue parallèlement des recherches sur l’électricité statique et met ainsi au point un électromètre particulièrement sensible. Cet instrument lui permet d’étudier l’électricité produite par le contact des métaux. Les découvertes de Galvani donnent un nouveau souffle à ses expériences. Volta étudie à son tour le fonctionnement du muscle d’une grenouille mais contrairement à Galvani, il démontre que ce n’est pas la matière vivante qui produit l’électricité mais bel et bien les métaux. En 1779, il obtient la chaire de physique, à Pavie, où il enseignera pendant plus de vingt ans. L’année suivante, après avoir approfondi ses recherches, il crée la première pile électrique, produisant pour la première fois du courant en continu. Grâce à cette invention, il obtient le titre de comte par Napoléon Ier.

André Ampère, physicien (20/01/1775 - 10/06/1836)

Très tôt passionné par le calcul et les sciences, André Ampère est admis comme professeur de mécanique à l’Ecole polytechnique dès 1809, puis obtient la chaire de physique au Collège de France (1824). Il intègre entre temps l’Académie des sciences. Durant cette période, il approfondit ses recherches scientifiques et chimiques, qui le mèneront à inventer le galvanomètre, le télégraphe électrique ou encore, l’électroaimant. Il émet également l’idée que les atomes et les molécules doivent être étudiés distinctement. En 1820, il est témoin de l’expérience d’Oersted. Il étudie alors la relation entre courant électrique et magnétisme jusqu’à mettre au point sa théorie de l’électromagnétisme. Il meurt à Paris et laissera son nom à l’unité d’intensité de courant électrique.

Documents joints